Un caméléon changeant de couleur

Voix

Êtes‑vous un mobilisateur ou un synthétiseur ? Et pourquoi cela a‑t‑il de l’importance ?

Reading Time: 4 minutes

Entretenir de bons rapports avec ses collègues peut constituer un défi… et s’avérer enrichissant. Sarah Walker discute avec l’auteure Catherine Stothart des meilleures approches des différents types de personnalités sur le lieu de travail.

 

Qu’il s’agisse d’un membre de l’équipe qui n’exécute pas sa part de travail, d’un conflit de personnalités, d’un collègue qui ne se fixe pas de limites claires entre vie professionnelle et vie privée ou d’un employé qui s’approprie indûment le travail d’un autre, la vie au bureau n’échappe pas aux conflits.

Les employés étant soumis à une pression de plus en plus forte au travail et les technologies accélérant de plus en plus les communications à toute heure du jour et de la nuit, il semblerait que les risques de conflits sur le lieu de travail n’aient jamais été aussi élevés.

La vie serait-elle plus facile si nous pouvions simplement mieux nous faire entendre ? Catherine Stothart, consultante et coach en leadership, pense que cela est possible si nous prenons davantage conscience de notre manière d’interagir les uns avec les autres.

« Nous communiquons généralement avec une intention positive, mais parfois la manière dont nous nous y prenons a un impact négatif », explique-t-elle. Le style d’interaction de chaque personne entre dans l’une des quatre catégories suivantes : mobilisateur, navigateur, dynamiseur et synthétiseur, précise-t-elle.

Ces styles reposent sur les types de personnalité imaginés par la psychologue Linda Berens dans les années 1980. S’ils n’ont pas pour but d’évaluer l’intégralité de nos personnalités, comprendre ces styles d’interaction et leurs incidences sur nos collègues et nous-mêmes nous permettra de devenir de meilleurs communicants. Comme indiqué par Catherine Stothart dans son dernier ouvrage « How to Get on With Anyone » (en anglais uniquement), ces connaissances permettront de limiter les différends pour rendre le lieu de travail plus serein et éviter les conflits.

1. Le mobilisateur

Comment le reconnaître : les mobilisateurs aiment que les choses soient faites et rapidement. Ils sont déterminés, francs et directs. Il est facile de les identifier, car ils parlent et se déplacement rapidement. L’absence d’action les stresse.

Comment communiquer avec lui : les mobilisateurs consultent frénétiquement l’heure lorsque les réunions s’éternisent. « Ils peuvent parfois sembler impatients ou exigeants », précise Catherine Stothart. « Si vous souhaitez entretenir de bons rapports avec un mobilisateur au travail, indiquez-lui ce que vous faites et quand vous le faites. Si vous êtes un mobilisateur, réfléchissez sciemment à la façon dont vous freinez et rassemblez les gens.

Que dire à un mobilisateur : « Ce sera fait pour 17 h aujourd’hui ».

Qu’éviter de dire à un mobilisateur : « Je ne sais pas quand je pourrai le faire. Je ne pense pas que cela soit faisable ».

2. Le navigateur

Comment le reconnaître : les navigateurs sont des planificateurs qui aiment prendre leur temps et tout prévoir. Ce sont des personnes très concentrées, calmes et méthodiques. Un navigateur se repère à son approche typique du travail : il étudie comme s’il devait passer un examen. « Il peut parfois donner l’impression d’être lent ou prétentieux », ajoute Catherine Stothart.

Comment communiquer avec lui : « Pour entretenir de bons rapports avec un navigateur au travail, discutez de ses projets avec lui », suggère Catherine Stothart. « En tant que navigateur, vous devez vous montrer chaleureux envers vos collègues et entretenir des relations sociales afin de ne pas paraître trop sérieux ».

Que dire à un navigateur : « Mettons-nous d’accord sur un programme explicite ».

Qu’éviter de dire à un navigateur : « Et si nous étudions d’autres options ? ».

Un trait au crayon

Il existe de nombreux types de personnalités différents au travail. Comprendre comment vos collègues communiquent facilite la discussion avec eux

 

3. Le dynamiseur

Comment le reconnaître : le dynamiseur est le meneur au bureau. Son enthousiasme semble inépuisable. Il est dévoué à son travail et considérablement impliqué dans la vie du bureau, tant pour être choisir pour travailler sur la présentation d’un important nouveau client que pour organiser une soirée après le travail. Motivé et persuasif, il est stressé par les personnes qui ne partagent pas son enthousiasme en matière d’implication.

Comment communiquer avec lui : il peut se montrer désordonné et induire un sentiment de confusion, indique Catherine Stothart. Pour entretenir de bons rapports avec un dynamiseur, voyez comment vous pouvez collaborer avec lui. En tant que dynamiseur, essayez de ralentir et d’être moins prolixe.

Que dire à un dynamiseur : « C’est vraiment une excellente idée, et si nous en discutions davantage ? ».

Qu’éviter de dire à un dynamiseur : « Je n’aime pas cette idée, je ne souhaite pas m’impliquer ».

4. Le synthétiseur

Comment le reconnaître : les synthétiseurs cherchent toujours à obtenir les meilleurs résultats au travail. Qu’il s’agisse de prendre méticuleusement des notes pendant les réunions ou de créer des diaporamas PowerPoint détaillés, ils se surpasseront pour atteindre les résultats souhaités. Ce faisant, il aiment prendre leur temps et rassembler autant d’informations que possible avant de prendre des décisions. Ils ont une excellente capacité d’écoute et sont très accessibles au bureau.

Ils peuvent toutefois paraître indécis et incohérents, déclare Catherine Stothart. S’ils ont l’impression d’avoir manqué de temps sur un projet ou que leur travail n’est pas reconnu, ils peuvent se sentir contrariés.

Comment communiquer avec lui : « Soyez malléable avec un synthétiseur en veillant à lui octroyer le temps nécessaire à la réalisation d’un projet et en reconnaissant ses efforts tout au long de son exécution », précise Catherine Stothart. « En tant que synthétiseur, si vous souhaitez entretenir de bonnes relations avec vos collègues, montrez-vous plus décisif et prévenez-les quand vous prenez des décisions ».

Que dire à un synthétiseur : « Combien de temps vous faut-il en plus pour terminer cette tâche ? ».

Qu’éviter de dire à un synthétiseur : « Répondez-moi par oui ou par non ».

 


Sarah Walker est une journaliste britannique spécialisée dans le commerce et les technologies.

Le livre de Catherine Stothart « How to Get On with Anyone: Gain the Confidence and Charisma to Communicate with Any Personality Type » (en anglais uniquement) est publié chez Pearson.